ACTION : Adressez-vous à la ministre Wilmès: Cuba doit être retiré de la liste des pays qui soutiennent le terrorisme !

Le 10 janvier, nous avions encore envoyé un mailing d'action à nos membres et contacts. Dans celui-ci, nous demandions d'envoyer immédiatement un courriel à notre ministre des Affaires étrangères Wilmès : Nous voulons que Cuba soit retiré de la liste des pays terroristes !

Une demi-heure après notre envoi, nous avons appris que le secrétaire d'État étasunien chargé des affaires étrangères Mike Pompeo avait finalement annulé son voyage à Bruxelles, en raison des troubles dans son pays. Mme Wilmès ne rencontrera donc pas Mike Pompeo demain, du moins pas en direct. 

Nous avons été agréablement surpris par la rapidité de votre réaction. De nombreuses personnes nous ont fait savoir qu’elles avaient envoyé un courriel. Donc, maintenant, le cabinet de la ministre Wilmès est certainement conscient que des citoyens belges sont solidaires de Cuba. Un grand merci pour cela ! 

La décision de M. Trump est toujours valable, bien sûr : les États-Unis ont remis Cuba sur la liste des pays qui financent le terrorisme, sans aucun argument convaincant pour justifier cette décision. Ce n'est pas seulement hallucinant, mais cela a aussi un impact majeur sur l'économie cubaine et sa population. Celle-ci est déjà durement touchée par un blocus renforcé et par l'impact économique de la pandémie. Cette décision entraînera un gel de tous les investissements nord-américains à Cuba, et donc une interdiction du tourisme nord-américain à Cuba. Le nouveau président étasunien Biden peut annuler cette mesure, mais cela lui est rendu plus difficile par cette dernière lubie de Donald Trump, avant même son entrée en fonction. 

Nous pensons qu'il y a une chance que Mme Wilmès ait un entretien en ligne avec M. Pompeo aujourd'hui ou demain malgré tout. Il est donc certainement utile de continuer à agir. C’est également important qu’elle sente la pression des citoyens et citoyennes belges dans ses futurs entretiens avec le nouveau gouvernement étasunien de Joe Biden.  Copiez le texte ci-dessous, ou n'hésitez pas à le personnaliser. Et envoyez-le par mail à contact@sophiewilmes.be ​​​

Vous trouverez ci-dessous le mail adapté à envoyer à Mme Wilmès.

Chère Madame Wilmès,

J’ai appris qu’une entrevue entre vous et le secrétaire d'État étasunien aux Affaires étrangères Mike Pompeo était prévue demain, et qu’à la dernière minute, la tenue de cet entretien en présentiel a dû être annulée. Mais nous pensons qu'une communication est prévue malgré tout avec votre homologue étasunien. Vous savez peut-être aussi que le gouvernement Trump a remis Cuba sur la liste des « États qui soutiennent le terrorisme ».

Je souhaite vous demander d’exprimer votre désapprobation vis-à-vis de cette mesure agressive prise par le gouvernement de Trump. Cuba elle-même a été victime du terrorisme étasunien pendant des décennies. Depuis 1960, les groupes terroristes - soutenus et payés par les gouvernements étasuniens, et entraînés sur le sol des États-Unis - ont causé 3 478 morts et 2 099 blessés permanents. Pourtant, les États-Unis imposent encore à Cuba l'un des plus longs blocus économiques et financiers de l'histoire de l'humanité. Cela va à l’encontre du droit international. Le gouvernement belge lui-même vote chaque année contre ce blocus étasunien à l'Assemblée générale des Nations unies. La déclaration unilatérale des États-Unis selon laquelle ils considèrent que Cuba soutient le terrorisme est sans fondement, mais elle compliquera la normalisation espérée entre le nouveau gouvernement Biden et Cuba.

Cuba est aujourd'hui reconnue pour sa contribution unique à la lutte mondiale contre le covid-19. De plus en plus de citoyens - également en Belgique - soutiennent donc la nomination des brigades médicales cubaines au prix Nobel de la paix 2021. Comme la Belgique, Cuba ne compte que 11 millions d'habitants et pourtant, ces brigades cubaines ont envoyé 3 700 médecins et infirmières l’année dernière, dans plus de trente pays, de la Jamaïque à l'Angola, en passant par l'Indonésie. Même l'Italie a pu compter sur leur engagement concret. Est-cela le terrorisme dont parlent D. Trump et M. Pompeo ?

J'espère que dans les futures conversations que vous aurez avec le gouvernement étasunien (avec D. Trump et J. Biden),  vous exprimerez clairement l'opposition du gouvernement belge à cette politique hostile envers Cuba

Avec mes meilleures salutations,