Chili : Le choix pour une nouvelle constitution constitue une étape importante

Si la surmédiatisation des élections aux États-Unis a obscurci le référendum historique du 25 octobre au Chili, celui-là est le résultat d'une année de mobilisation populaire contre un gouvernement antisocial. Dans les sondages pour les élections présidentielles de l'année prochaine, le candidat de la gauche conséquente est en tête.

Le Chili vit un moment décisif de son histoire. Les citoyens du pays d'Amérique latine ont voté pour qu’un processus constitutionnel supprime par un nouveau référendum la constitution imposée en 1980 par le régime néolibéral de Pinochet, alors qu'il restait encore près d'une décennie avant la chute de la dictature.

Cependant, lorsque les militaires ont laissé en place une Magna Carta écrite pour servir leurs intérêts politiques, la démocratie chilienne naissante est restée limitée par le système imposé par les militaires, lorsqu'ils ont renversé le président constitutionnel, Salvador Allende, par un coup d'État en 1973.

À cet égard, l'essayiste chilienne, qui a compilé le livre « Por una Constitución Feminista » [Pour une constitution féministe], souligne que « le passage du temps a transformé la démocratie [...] en un exercice démocratique restreint et encadré ».

« Malgré la large reconnaissance de son illégitimité, la Constitution de 1980 est celle qui fixe les limites de la création d'une nouvelle charte constitutionnelle », avertit la spécialiste latino-américaine.

De son côté, la sociologue chilienne Camila Miranda a souligné que « la rédaction et l'approbation d'une nouvelle Constitution ne résoudra pas tous les problèmes qui se posent aujourd'hui au Chili, mais ce sera l'occasion d'ouvrir un processus de transformation qui dépasse le débat sur le texte lui-même ».
Miranda note que l'une des valeurs les plus importantes de ce processus est qu'il est né de la protestation populaire. « La mobilisation sociale restera un outil incontournable pour effectuer des changements à l’avenir et pour garantir que la résolution des questions critiques lors de la convention constitutionnelle ne soit pas réduite au nombre de sièges des représentants. »

Après le triomphe d'une nouvelle Grande Charte, l'historien et leader du Parti des travailleurs révolutionnaires, Dauno Totoro, a insisté sur le fait que « maintenant, nous ne pouvons plus laisser aucune trace de l'héritage de la dictature ».
Ce n'est que le début d'un processus de participation sociale et citoyenne par rapport au référendum qui a renversé la dictature du général Augusto Pinochet en 1988, et peut-être plus important encore, la nouvelle Magna Carta trouve ses racines dans la mobilisation populaire et non dans les partis traditionnels.

L'année prochaine, les élections présidentielles se tiendront au Chili. Dans les sondages d'intentions de vote, le candidat du Parti communiste Daniel Jadue apparaît en première place. La prise de conscience développée par la classe ouvrière chilienne lors de la rédaction de la nouvelle Magna Carta aura un impact sur le choix d'un nouvel avenir politique.

Telesur