Cuba devient le nouveau champ de bataille du conflit commercial entre l'UE et les États-Unis

Les États-Unis passent à la vitesse supérieure dans l'offensive contre Cuba. Cubanismo.be appelle à la solidarité.

Au cours des derniers mois, nous avons remarqué qu'il y a eu beaucoup de déclarations enragées anti-cubaines de la part du cabinet Trump. Avec l'arrivée de l'ultra-hawk John Bolton comme conseiller à la sécurité nationale et de Mike Pompeo en tant que ministre des Affaires étrangères, l'attention s'est portée sur le continent latino-américain. Ces derniers mois, l'offensive contre le Venezuela a été au centre des préoccupations de la presse, mais Cuba a toujours été un élément crucial du plan américain. 
 

Il ne s'agissait pas seulement de discours haineux : le blocus illégal des États-Unis contre Cuba est en fait en train d'être renforcé. Nous sommes plus éloignés que jamais du soi-disant dégel des relations entre les États-Unis et Cuba, initié par l'ancien président Obama. Trump et son cabinet de guerre cherchent la confrontation. Leur politique vise à reprendre le contrôle total de leur " propre " continent : l'Amérique latine. En 2019, la doctrine Monroe (toute l'Amérique appartient aux Américains du Nord) est vivante, et Trump n'a pas peur d'aiguiser la confrontation avec de vieux alliés, comme l'UE, en conséquence.
 

Activation du titre III de la loi Helms-Burton

En cours de préparation depuis longtemps, les États-Unis ont ouvert, hier, la voie à une action en justice contre les entreprises qui opèrent aujourd'hui à Cuba. « Que ceux qui font du business avec Cuba tendent l’oreille » avertissait Mike Pompeo. A partir du jeudi 2 mai, les Américains et les citoyens d'origine cubaine pourront réclamer devant les tribunaux américains des dommages et intérêts pour les expropriations dont ils ont fait l’objet depuis le début de la Révolution cubaine en 1959. En 1959, une grande partie de la propriété foncière, des entreprises et des services cubains étaient aux mains des Américains. Il est à noter que l'ONU reconnaît les expropriations dans l'intérêt de la population. Cuba a également offert une compensation, mais les États-Unis ont toujours refusé de le faire, contrairement à l'Espagne ou à la France, par exemple.

L'activation actuelle du titre III de la loi Helms Burton (la loi américaine sur le blocus de Cuba) peut entraîner jusqu'à 200 000 plaintes et réclamations, qui peuvent atteindre des dizaines de milliards de dollars. Les prédécesseurs de Trump avaient toujours suspendu cette partie de la loi, car cela conduirait à une confrontation avec les alliés nord-américains. Mais c'est exactement ce que Trump veut. 
 

Conflit commercial entre l'UE et les États-Unis

Hier soir, le blocus s'est soudainement retrouvé au beau milieu du conflit commercial émergeant entre les États-Unis et l'UE. Cuba est ainsi devenu le nouveau champ de bataille du conflit commercial.  L'UE est le principal partenaire commercial de Cuba.  Ces dernières années, les entreprises européennes ont investi massivement dans l'île des Caraïbes, y compris dans des actifs qui avaient été nationalisés des décennies auparavant par la Révolution cubaine. Chaque année, l'Espagne investit, à elle seule, quelque 300 millions d'euros à Cuba, notamment dans l'industrie du tourisme. Aujourd'hui, elle risque de faire l'objet d'importantes demandes de dommages et intérêts. 

 

L'Europe menace de riposter

L'Europe n'a pas l'intention de subir ces sanctions. Le journal espagnol El Pais a publié une lettre dans laquelle la ministre européenne des Affaires étrangères Federica Mogherini et la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström s'adressent au ministre américain des Affaires étrangères Pompeo. L'UE sera obligée d'utiliser tous les instruments à sa disposition pour protéger ses intérêts à Cuba", ont-elles averti. Bruxelles saisira de toute façon l'Organisation mondiale du commerce si les États-Unis mettent en œuvre leurs plans. Mais elles menacent également de confisquer les actifs des entreprises américaines sur le territoire européen pour compenser les dommages que les entreprises européennes pourraient subir. Dans la lettre, il est dit : "Si une chaîne hôtelière américaine demande une indemnisation à un partenaire industriel européen devant un tribunal américain, la chaîne européenne peut demander une indemnisation similaire à cette société américaine devant un tribunal européen". 
 

Cuba durement touchée

Si les États-Unis et l'UE jouent le jeu avec acharnement, alors nous nous engageons dans une bataille de procédures de longue durée.  Cette insécurité juridique dissuadera les entreprises étrangères encore plus qu'elle ne le fait déjà. Cette agression flagrante de la part du président Trump est en totale contradiction avec la stratégie de l'Union européenne, qui a lancé un dialogue politique avec Cuba sur un pied d'égalité et de respect. 
 

En outre, le 17 avril 2019, John Bolton a annoncé un autre resserrement des conditions de voyage des Nord-Américains à Cuba et des restrictions sur les envois de fonds des Cubains aux États-Unis à leur famille sur l'île (les " remesas "). Désormais, les Nord-Américains ne peuvent visiter l'île que dans le cadre de visites familiales.  C'est l'ancien président Bush qui a imposé des restrictions aux voyages et aux transferts à Cuba. Mais sous le président Obama, ces restrictions ont été beaucoup assouplies. De cette manière, le cabinet Trump fait une fois de plus un certain nombre de pas importants en arrière dans le dégel des relations entre les Etats-Unis et Cuba.
 

L'impact de ce resserrement se fera très bien sentir. En 2018, plus de 500 000 citoyens américains d'origine cubaine et plus de 600 000 nord-américains ont visité Cuba. Même si les Nord-Américains ne peuvent pas visiter l'île comme des touristes ordinaires, il y avait encore des possibilités considérables de contourner quelque peu ce problème, en voyageant dans des catégories spéciales. Il en est résulté plus de 100 vols par jour des États-Unis vers Cuba et 10 croisières par semaine. 
 

Détail macabre : les sanctions supplémentaires ont été annoncées par les États-Unis à une date historique. Il y a exactement 58 ans a eu lieu l'invasion de la Baie des Cochons : une invasion ratée des exilés cubains de droite en avril 1961, mise en place par la CIA américaine. Trump et consorts semblent vouloir engager une nouvelle offensive, avec l'intention de réussir cette fois-ci. Cependant, c’est sans tenir compte de l'esprit de résistance des Cubains. 
 

Solidarité MAINTENANT !

En tant qu'organisation de solidarité avec Cuba, nous sommes alarmés par la nouvelle agression contre Cuba, qui s'inscrit dans le cadre du plan visant à faire tomber les trois piliers de la soi-disant "troïka de la tyrannie", le Venezuela, Cuba et Nicaragua. Trump semble moins intéressé à s’ingérer dans le reste du monde, mais davantage dans son arrière-cour. Le champ de bataille se déplace vers l'Amérique latine et les trois seuls pays qui résistent à ses ambitions impérialistes doivent souffrir le plus possible.
 

Nous nous réjouissons de l'attitude de l'UE, qui promet de ne pas se résigner aux sanctions imposées par les États-Unis, mais nous demandons qu’elle agisse en plus des belles déclarations. Il est important qu'en plus des réactions des institutions européennes, il y ait aussi un signal des citoyens européens : arrêter l'agression contre Cuba, respecter la souveraineté de Cuba et de l'Europe. 
 

Cubanismo.be est un membre actif de la Coordination belge pour la levée du blocus contre Cuba. Avez-vous déjà signé notre pétition ?
Rendez-vous sur www.nonaublocus.be, signez la pétition et demandez aux autres de la signer également.