Des crises et des monstres

"La crise consiste précisément dans le fait que l'ancien est en train de mourir et que le nouveau ne peut naître ; dans ce vide, une grande variété de symptômes morbides apparaissent." Une analyse de l'Amérique-Latine actuelle.

Avec cette phrase, écrite dans ses Cahiers de prison, le théoricien marxiste Antonio Gramsci définit les moments de crise comme ceux où l'ancien n'est pas mort et le nouveau ne peut naître ; des moments de monstres.
 

C'est précisément le moment historique que nous vivons, où Trump aux États-Unis et Bolsonaro au Brésil sont les expressions monstrueuses d'un moment historique de confusion qui contient plus de questions que de réponses.
 

Ni Trump ni Bolsonaro n'étaient les candidats des élites politiques et économiques de leur propre pays. Wall Street et le système militaro-industriel aux Etats-Unis avaient Hillary Clinton, tandis que la bourgeoisie brésilienne avait Gerardo Alckmin, ancien gouverneur à Sao Paulo. Pourtant, ni l'un ni l'autre ne gouvernent dans les deux plus grands pays du continent (compte tenu de leur taille, de leur population et de leur PIB). Au lieu de cela, des moments morbides sont apparus.
 

Bien que le cycle progressif qui a commencé en 1998 avec la victoire du commandant Hugo Chavez subisse actuellement un recul, qui a peut-être commencé lorsque Chavez est mort en 2013 et s'est accéléré au Venezuela par de violentes manifestations en 2014 et 2017 et se poursuit maintenant avec le coup d'État en temps réel, stimulé par les États-Unis en 2019 - traduit par l'autoproclamation de Juan Guaido le 23 janvier, un "siège humanitaire" le 23 février et le sabotage du réseau électrique en mars. Il est également vrai que les extrémistes de droite du continent n'ont pas réussi à consolider un autre projet différent du post-néolibéralisme qui a régné simultanément dans dix pays d'Amérique latine et des Caraïbes.
 

En ces temps de monstres, aucun gouvernement ou leadership de droite ne s'est consolidé comme une alternative. Pendant ce temps, le projet néolibéral continue à répandre un chemin de chaos et de destruction sociale.
 

Les exemples sont nombreux. Le plus proche mais le moins connu est Haïti, premier pays d'Amérique latine et des Caraïbes à proclamer sa propre indépendance (1804). Dans le pays de Toussaint-Louverture, bien qu'il se soit libéré du joug colonial il y a 215 ans, le système néocolonialiste encouragé par les Etats-Unis de connivence avec la "communauté internationale" a fait d'un pays où le choc néolibéral est suivi par l'exécution d'un budget pénal au service d'une nouvelle bourgeoisie totalement corrompue. Il en résulte davantage de pauvreté et de décès pour une population que l'Amérique latine et les Caraïbes doivent tant.
 

Tout près d'Haïti se trouve le Honduras, où il y a d'abord eu un coup d'État militaire, puis une fraude électorale qui a consolidé un système néolibéral dont l'objectif principal est de maintenir la principale base militaire (et piste d'atterrissage) des États-Unis en Amérique centrale.
 

Si nous continuons à travers l'Amérique du Sud et si nous regardons les gouvernements de droite fusionnés au sein du Groupe de Lima qui soutiennent le président intérimaire autoproclamé Juan Guaido (il n'y a pas de coïncidences), nous voyons la Colombie. Là-bas, des défenseurs des droits de l'homme, des communautés indigènes ou des citoyens afro-colombiens sont assassinés quotidiennement depuis la signature des accords de paix. Il y a eu 110 dirigeants sociaux tués en 2018 seulement (30 en 2019), tandis que la popularité du président colombien Ivan Duque a chuté de 53% à 27%.
 

Dans le Brésil de Bolsonaro, un an après l'assassinat de la militante afro-brésilienne et féministe Marielle Franco, membre du conseil municipal de Rio de Janeiro, des soupçons se sont fait jour quant aux liens entre les fils de Bolsonaro et le commandement paramilitaire qui l'a tuée. Dans ce Brésil, où ils ont mené un coup d'État à l'intérieur du coup d'État pour empêcher Lula da Silva de gouverner aujourd'hui, Jean Wyllys, deux fois député et défenseur des droits des LGTBIQ, a été contraint à l'exil en Europe en raison de persécutions politiques qui l'ont forcé à vivre sous escorte policière.
 

Notre voyage à travers une Amérique latine sombre et claire se poursuit jusqu'à l'Argentine de Mauricio Macri, avec les taux de pauvreté les plus élevés depuis une décennie et, en même temps, elle doit plus de 50 milliards $ au Fonds monétaire international. C'est le même chemin qu'emprunte M. Moreno en Équateur, qui se retrouve avec une dette de 10 milliards de dollars auprès du FMI et de la Banque mondiale. Nous savons déjà à quoi ressembleront les compensations en Amérique latine : réductions des dépenses publiques parmi les plus pauvres.
 

Pendant ce temps, les extrémistes de droite se préparent à attaquer le Parlement européen le 26 mars et les Etats-Unis - dont l'hégémonie tremble dans un monde multipolaire - subiront un an et demi d'offensive politique, militaire et culturelle pour tenter d'empêcher une victoire du Parti démocrate (ce qui serait avantageux pour le gouvernement mexicain) et obtenir la réélection de Trump.
C'est dans ce moment gramscien, quand l'ancien meurt et que le nouveau ne peut naître, c'est dans ce moment de monstres, où nous devons trouver les bonnes réponses aux questions nouvelles et anciennes. C'est maintenant que la gauche doit montrer qu'elle peut gagner politiquement et socialement devant une droite sans projet ou des leaders forts mais avec un modèle économique bien défini : le néolibéralisme avec la destruction sociale qu’elle a infligée au peuple de Notre Amérique.

 

Cubadebate