L'ALBA-TCP commence sa réunion de La Havane par un appel à l'unité

La 15e réunion du Conseil politique de l'ALBA-TCP, l'Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique-Traité de Commerce des Peuples, a commencé le matin du 10/04 à La Havane par un appel à la préservation de l'unité. A l'ouverture de la réunion, Bruno Rodriguez, ministre cubain des Affaires étrangères a souligné:

«Le cours vertigineux des événements récents et des menaces contre les postulats de paix de l'Amérique Latine et des Caraïbes, signés dans cette même ville il y a trois ans, soulignent l'importance de la Déclaration de Caracas et donne un nouveau sens et un caractère d'urgence à ce Conseil pour échanger des vues sur ce qui arrive, en particulier, les menaces contre la Révolution bolivarienne et le rôle de l'Alliance.»

Le chef de la diplomatie cubaine a plaidé pour la ratification de la déclaration finale du 14e Sommet extraordinaire du bloc ALBA-TCP, tenu le mois dernier à Caracas car, elle lance une mise en garde contre les dangers qui planent sur la région et constitue, a-t-il relevé, un guide pour l'action concertée. Il a abondé sur les raisons de cet appel.

«Nous avons été témoins des manigances obscures de l'OEA et de la manipulation capricieuse et impénitente, y compris de ses règles ainsi que de l'agissement pervers, indigne et affolé de son secrétaire général, hallebardier d'intérêts impériaux, de mafias politiques de Miami et de mercenaires vulgaires. Grâce au Venezuela, à l'ALBA et à PETROCARIBE, beaucoup de pays ne se sont pas éteints à l'heure la plus obscure et des millions de nos compatriotes ont appris à lire et à écrire, beaucoup d'autres ont récupéré la lumière dans leurs yeux et ont commencé à avoir accès à une attention sanitaire digne et à but non lucratif, à la pratique massive du sport, au profit de la culture, à grandir et à apprendre depuis nos cultures originaires et à démontrer qu'il n'y a de meilleure voie que celle que nous avons construite de nos propres efforts.»

Le ministre cubain des Affaires étrangères a également évoqué les atteintes aux gouvernements progressistes de l'Amérique Latine.

«D'autres questions urgentes nous motivent aussi: l'appui que requièrent le peuple équatorien et sa Révolution citoyenne, vainqueur dans une campagne électorale où étaient en jeu tous les acquis politiques, socio-économiques et humains des 10 dernières années, aussi le soutien nécessaire au Nicaragua sandiniste contre les conspirations des mafias réactionnaires au sein du Congrès des États-Unis, la défense de la dignité et les intérêts légitimes de nos frères, les États insulaires des Caraïbes soumis aux pressions des centres financiers impérialistes.»
Le ministre cubain a invité les participants à cette rencontre à débattre de ces sujets et à trouver ensemble des solutions afin d'établir un Fonds d'aide pour les migrants dans la région.

RHC