Le 8 mars et les femmes cubaines

« Seules des femmes émancipées donneront des générations d’hommes libres » a pu écrire l’écrivain égyptien Taha Hussein.

Ce 8 mars, journée d’affirmation des droits de femmes dans le monde, et de leurs justes luttes pour s’émanciper, nous ne pouvons qu’approuver cette déclaration forte.

Depuis ce mercredi 6 mars, la première organisation de masse créée à Cuba par la Révolution, ce qui est tout un symbole, la Federacion de Mujeres Cubanas, FMC, la Fédération des Femmes Cubaines, tient son congrès.

« Les femmes cubaines ont créé une Révolution dans la Révolution » comme l’a déclaré Fidel Castro.

C’est peu dire que les femmes, aujourd’hui à Cuba jouent un rôle décisif dans la société cubaine et qu’elles ont pu conquérir une place qu’elles n’ont pas obtenue dans bien d’autres pays.

Ainsi, elles sont depuis les dernières élections majoritaires à l’Assemblée Nationale de Cuba avec 53,2% des député(e)s.

Elles sont presque à parité au Conseil d’Etat, le conseil des ministres, avec 48,4%.

Elles représentent 60,5% des diplômé(e)s de l’enseignement supérieur, et 67,2% des professions de techniciens et de professionnels.

C’est bien par leurs efforts et leurs luttes que les femmes cubaines ont conquis cette place dans la société cubaine, mais aussi par une volonté politique affirmée dès les débuts de la Révolution.

Des femmes importantes comme Vilma Espin, qui était l’épouse de Raoul Castro, ont joué un rôle décisif dans la Révolution cubaine et pour agir afin qu’elles trouvent leur juste place dans la société cubaine, à l’égal des hommes.

C’est d’autant plus remarquable que, comme dans de nombreux pays, et notamment en Amérique Centrale et Latine, un fort machisme et un patriarcat puissant dominaient dans la société, où la femme n’avait pas une place reconnue et subissait le plus souvent la loi de l’homme.

Encore aujourd’hui dans bien trop de pays des femmes descendent dans les rues pour exiger des droits comme un accès à l’éducation, un emploi digne, l’égalité salariale, ou participer au pouvoir de décision.

On le voit, la situation à Cuba pour les femmes est toute autre.

D’autant que la FMC a constamment agit pour changer les mentalités dans la population, et pour avancer dans des relations de respect et d’égalités.

C’est aujourd’hui en s’appuyant sur les jeunes générations, les jeunes femmes, et aussi sur les droits réaffirmés par la nouvelle constitution qui vient d’être massivement approuvée par les cubains et cubaines, que les femmes cubaines entendent toujours plus agir pour une société plus juste et plus égalitaire.

C’est un des thèmes importants qui sera abordé dans les ateliers de travail du congrès de la FMC.

Tiré de Cubacoopération