Les présidents de Venezuela et de Cuba clôturent le 25e Forum de Sao Paulo

Les chefs d'Etat ont insisté sur l'unité régionale pour affronter l'attaque de l'impérialisme étasunien.Dimanche 28 juillet, le président vénézuélien Nicolas Maduro et son homologue cubain Miguel Diaz Canel ont participé à la session de clôture de la 25e édition du Forum de Sao Paulo à Caracas. De nombreux délégués venus de plus de 70 pays ont assisté à la cérémonie.

"La contre-offensive de l'impérialisme étasunien et de l'oligarchie, avec les faucons qui se sont litéralement emparés de la politique étrangère envers l'Amérique Latine et les Caraïbes, constituent une menace dangereuse pour l'espace géographique que la CELAC [Communauté des Etats de l'Amérique Latine et des Caraïbes] a déclaré Zone de paix", a dit Diaz-Canel.

Le président cubain a fait référence à la série de mécanismes antidémocratiques utilisés, comme la criminalisation de dirigeants progressistes, la falsification et la manipulation de données visant à ébranler tout ce qui a été acquis en termes de démocratie et de justice sociale.  Le forum est un mécanisme de coordination des forces progressistes.

"Aujourd'hui, le Venezuela est la première tranchée anti-impérialiste du monde (...) le forum de Sao Paulo réclame un rôle plus actif sur la scène régionale et internationale complexe et menaçante, caractérisée par une nouvelle hostilité impérialiste et le retrait de gouvernements progressistes dans certains pays de la région".

"Nous avons clôturé un XXVe Forum de Sao Paulo réussi. Une réunion importante qui rassemble des mouvements sociaux, organisations politiques et dirigeants de la gauche du monde dans un débat permanent pour la paix et l'unité de nos peuples. Un monde nouveau est possible !"

Le président Maduro a souligné l'importance de l'unité des forces de gauche de l'Amérique Latine et des Caraïbes "d'un point de vue moral, spirituel et politique". Nous devons réussir à unir tous les partis progressistes avec un grand projet permettant à rassembler les forces populaires", disait-il.

Confronté aux "appels impérialistes incessants au désarroi et à la division", le président venezulien signale que le bolivarisme "est la réponse autochtone du Venezuela à la crise du modèle de domination pro-impérialiste imposé au pays".

Lors de la commémoration de la naissance du dirigeant révolutionnaire Hugo Chavez, Monica Valente, le secrétaire du Forum de Sao Paulo, a dit que la meilleure façon de rendre hommage au feu président vénézuélien était de "continuer sa lutte pour la souveraineté et l'intégration des peuples, sa lutte contre la pauvreté et les forces impérialistes".

Le Forum de Sao Paulo est considéré être "L'Assemblée des partis et organisations de gauche de l'Amérique Latine et des Caraïbes"; il a eu lieu pour la première fois en juin 1990 au Brésil et réunissait à l'époque presque 60 participants.

Il a été créé par l'ancien président brésilien Luis Ignacio Lula da Silva - à l'heure actuelle illégalement détenu - et le dirigeant historique de la révolution cubaine, Fidel Castro.  Actuellement, plus de 120 organisations de 25 pays font partie de l'initiative.

 

Telesur