L'UE tente une médiation avec le président Joe Biden dans le but de faire retirer Cuba de la liste étasunienne des pays terroristes

Josep Borrell, haut représentant de l‘UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a accepté le 1er avril (sans blague) de servir de médiateur auprès du gouvernement des États-Unis afin de retirer Cuba de la liste unilatérale des pays soutenant le terrorisme.

Ceci a été fait à la demande du groupe parlementaire de l'UE pour l'amitié et la solidarité avec Cuba, dont le représentant du PTB Marc Botenga fait également partie. Mme Ana Mari Machado, vice-présidente du Parlement cubain, a exprimé sa gratitude par rapport à cette demande du groupe parlementaire de l'UE et à la réponse favorable de Josep Borrell, chef de la diplomatie de l'UE, de servir de médiateur sur cette question auprès du président américain Joe Biden.

Mme Machado a tweeté que « Cuba ne finançait ni n'encourageait le terrorisme. Nous chérissons la solidarité et la coopération entre les peuples ».

Javier Moreno Sánchez, président de la délégation socialiste espagnole au Parlement européen et président du groupe pour l’amitié, a remercié Josep Borrell pour sa médiation.

L'inscription de Cuba sur cette liste est un outil politique pour faire pression et pour « justifier » les différentes mesures hostiles prises par l'ancien président des États-Unis Donald Trump, juste avant la fin de son mandat, à l'encontre de Cuba.