No al Bloqueo! Action de protestation face à l'ambassade des Etats-Unis

Le 15 mai dernier, quelque 40 personnes ont répondu à l'appel de la Coordination pour la levée du blocus contre Cuba à protester contre le blocus étasunien contre Cuba. Dans notre pays, la 'Coordination pour la levée du blocus contre Cuba' réunit les forces de plus de 40 organisations de la société civile, dont cubanismo.be, M3M, 11.11.11, Oxfam Solidarité, la Algemene Centrale et Horval de l'ABVV.

L'année passée, la Coordination a, à l'attention de l'ambassade des Etats-Unis, récolté 1.300 signatures contre le blocus. "Le blocus dure déjà depuis presque 60 ans et a, l'année dernière, selon les estimations, coûté à l'Etat cubain 4.305 millions de dollars; de l'argent que le pays n'a pas pu investir dans des programmes sociaux et économiques", rappelait-on dans un bref discours. Le président Trump a complètement réduit le rapprochement timide vers Cuba et choisit une approche agressive. Les Etats-Unis semblent ainsi recourir à la doctrine Monroe du début de siècle passé. Sous le slogan 'L'Amérique aux Américains', les Etats-Unis considéraient et continuent à penser que tout le continent américain est leur arrière-cour, où ils n'acceptent aucune voix dissonante.

Un tout autre son de cloche est entendu en Europe. Par pur hasard, ce même jour, Bruno Rodriguez et Federica Mogherini, tous les deux responsables des affaires étrangères - l'un pour Cuba, l'autre pour l'Union européenne - se sont rencontrés à Bruxelles. Cet entretien a eu lieu dans le cadre du dialogue politique qui a été lancé en exécution de l'accord de coopération conclu au début de cette année. Ils ont notamment discuté des effets négatifs du blocus pour cette coopération européenne-cubaine. Ces derniers mois, F. Mogherini a, plusieurs fois, qualifié le blocus étasunien d'obsolète et illégal. Cependant, a dit le porte-parole de la Coordination, il manque de la détermination à l'UE. Déjà en 1996, l'UE a décidé que les entreprises européennes ne peuvent pas appliquer les  sanctions étasuniennes et que tout Etat-membre a, le cas échéant, l'obligation de les sanctionner. Or, l'UE n'a plus rien fait par la suite.

Avec sa nouvelle campagne, qui va commencer le mois qui vient, la Coordination pour la levée du blocus contre Cuba s'en prend à cette attitude passive de l'UE. L'UE ne doit pas se faire dicter par les Etats-Unis qui impose unilatéralement sa politique étrangère au monde entier, dit la Coordination. Les hommes et femmes politiques belges devraient, au sein de l'UE, prendre l'initiative à ce propos.