Trump prend les latinos pauvres en otage pour vaincre Cuba

Le programme médical cubain qui a aidé quelques-unes des communautés les plus pauvres du monde est devenu la cible ultime des tentatives de plus en plus nombreuses du gouvernement Trump pour mettre encore plus de pression sur l'économie cubaine.. Regardez cette brève video et poursuivez votre lecture ci-dessous.

Maintenant que les gouvernements fantoches des Etats-Unis chassent les missions sanitaires étrangères, La Havane prévient que les patients en paieront le prix fort.

Les missions médicales humanitaires célèbres - quoique controversées - ont été lancées il y a plus d'un demi-siècle, après la révolution. Ces missions sont actuellement actives dans plus de 60 pays et ont fourni des soins de santé dans le monde entier, des peuples indigènes de l'Amazonie aux habitants des bidonvilles en Afrique et aux victimes du tremblement de terre de 2010 à Haïti. Aujourd'hui, leur travail est à nouveau sous le feu d'une combinaison d'accusations, menées par Washington, qui affirme que La Havane utilise les médecins pour saper la démocratie, notamment au Venezuela - où se situe l'une des missions les plus importantes.

La Havane est également accusée d'"exploiter" le personnel médical envoyé en mission. L'un des rapports suggérait que les conditions de travail, les bas salaires et la coercition équivalaient à de l'"esclavage moderne". En réponse, les fonctionnaires et les analystes cubains qui ont étudié de près le travail des missions médicales, accusent les États-Unis d'utiliser ces affirmations comme prétexte pour leur politique de paralysie de l''économie cubaine. Ils espèrent nuire aux gouvernements de gauche, alors qu'en réalité les patients pauvres seront les plus grandes victimes.

Selon le ministère cubain des Affaires étrangères, plus de 600 000 médecins, infirmières et techniciens cubains ont été envoyés dans plus de 160 pays depuis les années 1960. Alors que près de vingt-quatre missions sont assurées gratuitement par La Havane, d'autres pays où les médecins sont déployés, payent Cuba pour les services médicaux, ce qui rapporte 6,3 milliards de dollars (4,8 milliards de livres sterling) par an, la plus grande source de devises étrangères de La Havane.

La campagne américaine contre les médecins cubains s'est intensifiée dans le contexte des récents changements politiques en Amérique latine, qui ont conduit à l'expulsion de missions de plusieurs pays, dont la Bolivie et le Brésil, où les gouvernements de gauche ont été remplacés par des régimes de droite étroitement liés à Trump et à Washington. Le chef de file des accusations est le secrétaire d'État américain Mike Pompeo, qui a simultanément dépeint le déploiement de médecins cubains dans des pays allant du Venezuela au Brésil et à l'Équateur comme une sinistre ingérence dans les affaires intérieures, et félicité les pays - comme la Bolivie - qui les ont expulsés.

Pompeo bénéficie du soutien d'autres hauts fonctionnaires et instances, dont le secrétaire d'État Michael Kozak : "Le régime castriste envoie jusqu'à 50 000 travailleurs médicaux cubains à l'étranger pour y travailler dans des conditions difficiles. Les histoires d'abus abondent. Le régime empoche 75% des salaires des médecins, et les utilise pour maintenir au pouvoir des régimes alliés", a tweeté Kozak avant Noël.

La principale agence de "développement" d'AVS, USAID (ndlr : en fait une agence sous le contrôle de la CIA), s'est également efforcée de financer des organisations qui aident à mettre en lumière des aspects négatifs de la mission d'aide médicale. Ils prétendent que Cuba "exploite ses professionnels de la santé ... et les utilise pour acheter un soutien financier et politique international et préserver son économie en difficulté, tout en empochant la plupart des salaires de ces travailleurs et en les soumettant à de mauvaises conditions de vie, en les maintenant sous une surveillance constante et en menaçant ceux qui veulent quitter leur mission".

Les allégations concernant les conditions de travail des médecins ont été alimentées l'année dernière par un rapport de l'ONG Prisoners Defenders (nvdr : (autre porte-parole du Pentagone et donc tout sauf "non-gouvernementale"), qui affirmait avoir interrogé plus de 100 médecins, des affirmations reprises par deux rapporteurs de l'ONU.

Les critiques affirment que la campagne de Washington contre les médecins, y compris les tentatives de les persuader de s'installer aux États-Unis, n'est qu'une tentative de mettre fin aux revenus étrangers de Cuba - dont une grande partie est utilisée dans ses propres services de santé et sociaux et pour des missions gratuites dans les pays pauvres.

En décembre, Johana Tablada, directrice adjointe pour l'Amérique du Nord au ministère cubain des Affaires étrangères, a déclaré que des fonctionnaires de l'administration Trump avaient fait pression sur les gouvernements d'Amérique latine pour qu'ils mettent fin aux programmes d'aide médicale, ce qui a porté préjudice au soins de santé de ces pays.

"Le gouvernement du président Trump a franchi la ligne rouge de la décence en amenant les relations étrangères des États-Unis à un niveau d'hypocrisie et de duplicité qu'aucun de ses prédécesseurs n'a jamais atteint", a déclaré M. Tablada. "La politique américaine vise les deux principales sources de revenus extérieurs pour Cuba, d'abord le tourisme et maintenant les services médicaux", a déclaré Pavel Vidal Alejandro, un universitaire d'origine cubaine de l'Université Xavierian en Colombie.

Les services médicaux représentent environ 60% du total des revenus étrangers de Cuba", a-t-il déclaré au Guardian. "C'est l'ancienne politique consistant à appliquer une "stratégie de haute pression" dans l'espoir de provoquer des protestations sociales. Cela ne s'est pas produit dans le passé et cela ne se produira pas non plus maintenant". 

John Kirk, un universitaire de l'Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse (Canada) qui a interrogé plusieurs centaines de médecins cubains, est également sceptique quant à certaines des affirmations - qu'il qualifie d'"exagérées" - et quant aux véritables raisons de cibler les médecins cubains. "Au cours des 12 dernières années, j'ai interviewé 270 médecins, infirmières et techniciens et je suis resté avec eux en mission", a-t-il déclaré. Alors que certains médecins sont débordés ou se plaignent des conditions de travail, des salaires et des pressions politiques, mon impression est que beaucoup sont motivés pour rejoindre les missions et sont heureux de pouvoir gagner beaucoup plus qu'ils ne le feraient en exerçant la médecine à Cuba".

"C'est dans l'ADN, l'idée d'une vocation", a-t-il ajouté. "Les médecins m'ont toujours affirmé une chose: qu'ils gagnent plus qu'à Cuba. Une autre motivation est l'expérience acquise dans certains de ces endroits, qu'ils ont décrite comme un manuel médical vivant. Ils vont là où d'autres ne vont pas". Kirk a mentionné le programme Mais Médicos (Plus de Médecins), initialement mis en place au Brésil par l'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva, qui a pris fin lorsque le démagogue de droite et adepte de Trump Jair Bolsonaro est arrivé au pouvoir l'année dernière.

"Si vous regardez la situation au Brésil, Mais Médicos a apporté des soins de santé aux populations indigènes, dans des endroits comme l'Amazonie qui n'avaient jamais vu de médecins auparavant. Et ce qui manque aussi [dans la critique] est que le programme rapporte des fonds pour subventionner le système de santé cubain."

Les entretiens du Guardian avec des médecins cubains ayant participé à des missions médicales, y compris celles qui ont été interrompues en Bolivie et au Brésil, ont montré une image beaucoup plus nuancée que celle décrite par les États-Unis. Tandis que beaucoup auraient préféré garder une plus grande partie de leur salaire et bénéficier de meilleures conditions de travail, ils ont nié se sentir traités comme des "esclaves".

La Doctoresse Yoandra Muro, jusqu'à récemment cheffe de la mission expulsée de Bolivie, raconte les menaces proférées par le nouveau gouvernement de droite qui a chassé le président de gauche Evo Morales. Elle a déclaré qu'ils ont été accusés de former une cinquième colonne. "Vers la fin de la mission, la police est entrée dans nos maisons et a emporté des biens de nos collègues. Il s'agissait des mêmes personnes à qui nous avions donné des soins de santé. Il était très difficile de comprendre comment on peut être transformé de médecin en terroriste d'un jour à l'autre.

"Nous étions présents dans 35 hôpitaux où la plupart de nos professionnels étaient des spécialistes. Cela signifie qu'il y a actuellement 35 hôpitaux - où naissent des enfants, où des opérations urgentes sont nécessaires - qui n'ont plus de spécialistes. "Vous pouvez imaginer l'insécurité qu'ils ressentent. De nombreux patients ont pleuré quand nous sommes partis, ils ont ressenti le chagrin de leur médecin, ils ont dit : "Qu'est-ce que je vais faire maintenant ? Qui va me soigner dorénavant ?"

Yanet Rosales, 32 ans, est médecin généraliste à Cuba qui a effectué deux missions médicales à l'étranger, dont Mais Médicos. Comme beaucoup, elle a déclaré que le fait d'être mieux payé qu'un médecin à Cuba était un facteur de motivation important. "Personnellement, j'avais toujours voulu aller au Brésil et j'ai saisi cette occasion.

"Le gouvernement brésilien rétribuait nos services d'un salaire d'environ 6.000 € par mois, dont nous étions autorisés à ramener 1 500 € à la maison Le gouvernement cubain utilisait le reste pour acheter du matériel médical et améliorer les soins de santé ici. "Je ne me suis jamais sentie exploitée. Bien au contraire... mais nous ne sommes pas tout à fait d'accord avec la répartition. C'était nous qui effectuions le travail et nous étions très éloignés de la famille. Bien sûr que nous devons aider le pays, nous y étions grâce à notre gouvernement. Nous sommes conscients que nous sommes devenus médecins grâce à l'État, mais nous n'étions pas d'accord sur le pourcentage qui nous était accordé. Nous sommes d'avis que cela aurait dû être 50-50. En même temps, ils nous ont fixé ces conditions avant que nous partions, nous ne pouvons donc pas nous plaindre. Si nous n'étions pas d'accord avec le contrat, nous ne serions pas partis".

Pour Kirk, les perspectives sont inquiétantes. "Si Trump est réélu, ce sera un désastre. Cette politique des Etats-Unis sera alors poursuivie : Morts à cause de mille coupes budgétaires".

 

The Guardian