Trump répète la scène de l’invasion du Venezuela

L’incursion frustrée d’un groupe de mercenaires essayant de débarquer sur la côte de Macuto, dans l’État de La Guaira, est la énième preuve que les États-Unis sont un « État voyou », c’est-à-dire un pays qui viole systématiquement le droit international et qui, ce faisant, met en danger la paix mondiale.

La tentative de dimanche dernier au petit matin confirme que la Maison Blanche persiste dans son attitude criminelle de maintenir le blocus et de tenter par tous les moyens de renverser les gouvernements de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua. Et elle insiste sur cette attitude au milieu du désastre que la pandémie produit dans son pays (69.000 morts et plus de 30 millions de chômeurs). Ne se laissant pas décourager par le chaos, Trump a le temps d’ordonner à une bande de mercenaires de lancer leur criminel « appel d’offres pour une invasion externalisée », comme l’a officiellement annoncé le bandit new-yorkais.

L’objectif de cette première attaque était de tester la capacité de réaction de la FANB (Force armée nationale bolivarienne), sa cohésion face aux envahisseurs et sa vulnérabilité éventuelle à la tentation que la récompense d’un million de dollars offerte par Washington suscite chez les criminels de toutes sortes. Ne vous y trompez pas : ce qui s’est passé à Macuto n’est pas un incident isolé, mais plutôt le résultat d’un plan minutieusement conçu dont l’aboutissement final, dans l’hallucination fiévreuse de ceux qui l’ont conçu, est l’enlèvement ou l’assassinat du président Nicolas Maduro et la réalisation du « changement de régime » tant attendu et insaisissable. En fait, le lendemain du premier incident à Macuto, un nouveau groupe de mercenaires a été intercepté et maîtrisé par les milices populaires à Chuao, dans la région côtière de l’État d’Aragua.

Il ne fait aucun doute que l’ampleur de cette opération était incomparablement plus réduite que celle lancée par un groupe de Cubains contre-révolutionnaires lors du débarquement de Playa Giron le 15 avril 1961. A cette occasion, quelque 1.400 hommes sont mobilisés, plus d’une douzaine d’avions de transport et de bombardiers, de nombreux navires, des chars et un armement impressionnant. La réponse fulgurante des Forces armées révolutionnaires cubaines a empêché les envahisseurs d’atteindre leur premier objectif stratégique, préambule à d’autres plus ambitieux : créer une « zone libérée » où serait installé un gouvernement provisoire, qui obtiendrait la reconnaissance immédiate de la Maison Blanche et de l’Organisation des États Américains et qui permettrait aux médias et aux politiciens serviles de l’empire de faire pression sur les autres gouvernements pour qu’ils reconnaissent un nouveau gouvernement cubain et de lancer une campagne mondiale pour que la « communauté internationale » approuve cette manœuvre.

L’affaire Macuto avait une autre dimension, mais il ne faut pas tomber dans l’erreur de croire que c’était là tout le plan. En fait, le raid du lendemain sur Chuao prouve ce que nous disions. Ces deux opérations sont des « ballons d’essai » destinés à mesurer la rapidité et la force de la riposte du Chavisme, ainsi que des opérations de diversion destinées à faciliter l’entrée éventuelle de contingents de mercenaires – des « entrepreneurs militaires privés », selon la loi américaine, tels que Academi (anciennement Blackwater) et Triple Canopy, qui disposent de milliers de personnes – régulièrement engagées par la CIA et le Département d’État pour mener ce que l’on appelle par euphémisme des « opérations spéciales ».

Par exemple, en organisant des micro-opérations sur la longue côte atlantique et caribéenne du Venezuela ou le long de la longue frontière (2 219 km) entre la Colombie et le Venezuela qui offre de nombreuses voies d’entrée illégales difficiles à détecter. Bien sûr, le narco-gouvernement d’Iván Duque en Colombie fera absolument tout ce que demande Trump, car il est conscient que s’il désobéit à l’ordre, lui et son patron politique, Álvaro Uribe Vélez, pourraient finir leurs jours dans une prison de haute sécurité comme l’ancien président du Panama Manuel Antonio Noriega.

D’autre part, il ne faut pas oublier le fait que la quatrième flotte américaine patrouille depuis des semaines dans la mer des Caraïbes sous prétexte de démanteler les réseaux de trafic de drogue, alors que les rapports de la DEA indiquent que 93 % de la cocaïne entrant dans ce pays provient de Colombie et passe par l’océan Pacifique. Ce vaste déploiement naval a été conçu pour apporter un soutien logistique, et éventuellement des troupes et des équipements, aux opérations qui ont été interrompues ces dernières heures. La situation est donc extrêmement grave et la sous-estimation de la presse est la meilleure preuve que l’on veut que le gouvernement bolivarien minimise le danger pour qu’il baisse sa garde et pense que le pire est passé. Une telle attitude sous-estime grandement le leadership de Nicolás Maduro et le patriotisme des hommes et des femmes vénézuéliens qui, si l’attaque se produit, infligeront une terrible défaite aux envahisseurs. Il serait bon que quelqu’un raconte à l’ignorant de Trump ce qui est arrivé aux États-Unis à Playa Girón et au Vietnam.

Les tueurs à gages médiatiques de l’empire disent que les agressions contre le Venezuela ont l’approbation, ou du moins l’acquiescement, de la « communauté internationale ». Mais il se trouve que cette communauté n’existe pas et qu’elle est une entéléchie trompeuse. C’est ainsi qu’il a été décrit par un expert américain, Samuel P. Huntington, un conservateur pas très favorable aux « postures » et aux plans de propagande de la droite. Il a écrit que « les dirigeants américains prétendent constamment parler au nom de la communauté internationale. Mais à qui pensez-vous ? Chine, Russie, Inde, Pakistan, Iran, monde arabe, Amérique latine, France… Se pourrait-il que certains de ces pays ou régions perçoivent les États-Unis comme le porte-parole d’une communauté dont ils font partie intégrante ? La communauté au nom de laquelle les États-Unis parlent comprend, tout au plus, leurs cousins anglo-saxons (Royaume-Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande) … l’Allemagne et quelques petites démocraties européennes … Israël sur les questions du Moyen-Orient et le Japon. Ce sont des États importants, mais ils sont loin d’être la « communauté internationale mondiale ».

Malgré cela, Trump et ses hommes de main de la Fundación Libertad continuent de dire, par exemple, que Juan Guaidó ou le blocus de Cuba et du Venezuela sont soutenus par « la communauté internationale ». Ou accuser les gouvernements latino-américains qui donnent la priorité à la santé de leurs populations au lieu de garantir le libre fonctionnement des marchés d’être « populistes », « autoritaires » ou violateurs de la séparation des pouvoirs, ce qui pour Mario Vargas Llosa et sa troupe d’hommes politiques imprescriptibles à commencer par Álvaro Uribe Vélez, José María Aznar et Mauricio Macri reflète les aspirations de la « communauté internationale ». Ils mentent sciemment et ils devraient se souvenir, avant d’avoir un réveil brutal, de la sage phrase d’Abraham Lincoln lorsqu’il a dit : « Vous pouvez tromper tout le monde pendant un certain temps. Vous pouvez tromper certaines personnes tout le temps. Mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps« .

Face à cette offensive de Washington, la première chose à faire est de serrer les rangs pour défendre le gouvernement bolivarien. L’ingérence des États-Unis et de leur pion colombien dans les affaires intérieures du Venezuela est absolument inadmissible et doit être fermement condamnée. C’est un impératif catégorique, aux racines kantiennes, qui est essentiel pour empêcher le système international de déclencher une spirale incontrôlable de chaos, de violence et de mort.

Deuxièmement, toute attitude éclectique ou cherchant à faire appel à une neutralité imaginaire sera également inacceptable, surtout en période de pandémie universelle. Et si certains dirigeants ratent la cible soit parce qu’ils cèdent à la coercition de la Maison Blanche, soit à cause de leurs propres faiblesses idéologiques, ils devraient savoir que la répulsion populaire face à un tel comportement pourrait tôt ou tard provoquer l’effondrement de leurs gouvernements.

Troisième et dernier point : renforcer les dispositifs de coordination par Internet que nous avons été obligés d’utiliser en raison de la quarantaine pour former un grand mouvement d’opinion continental répudiant l’offensive américaine contre le gouvernement bolivarien et, bien sûr, Cuba, le Nicaragua et l’Iran. Et, ajouterions-nous, contre les politiques de sanctions économiques contre la Russie et la Chine et l' »extraterritorialité » des lois américaines qui exacerbent les tensions déjà dangereuses dans le système international.

Nous avons appris que même lorsque nous ne pouvons pas nous rencontrer physiquement, nous pouvons nous rencontrer virtuellement, et promouvoir des initiatives d’autodéfense qui empêchent le capital d’utiliser les ravages de la pandémie pour reconstruire, de manière encore plus autoritaire, sa domination sur les peuples. Cet « associativisme numérique » peut et doit devenir une contribution significative pour faciliter la coordination internationale des luttes anti-impérialistes et un instrument idéal pour combattre les mensonges et les manipulations médiatiques dont nous sommes l’objet.

Souce : venesol